Dossier Hydro-Québec

Volet 1 : Prise de contrôle d'Hydro-Québec par le régime Libéral

Volet 2 : Privatisation à la pièce des fillières énergétique et des actifs

Volet 3 : Le « black-out » imposé par Hydro-Québec


VOLET 1 : Prise de contrôle d'Hydro-Québec par le régime Libéral‏



L’Empire Desmarais place ses pions :
En 2004, immédiatement après l'élection du gouvernement Charest, Michel Plessis-Bélair, dont le nom apparaît au 3e rang tout de suite après les deux frères Desmarais parmi les administrateurs de Power Corporation, est nommé au conseil d'administration d'Hydro-Québec.




En présentant Jean Charest, le lauréat du Prix Woodrow Wilson dans la catégorie service public, 2003, le président du conseil de Power Corporation, Paul Desmarais, avait fait un vibrant éloge du premier ministre nouvellement élu.

« Sa victoire est un témoignage de courage personnel et de détermination, une preuve de sa capacité de croire en lui et dans la cause qu'il défend, et de son talent à persuader les autres de partager ses convictions [...]. Je crois sincèrement que nous sommes à l'aube d'un nouveau départ au Québec », avait déclaré M. Desmarais.

Utile en effet d'avoir un ami comme celui-là !

Texte complet > ledevoir.com/politique/quebec/334436/le-laureat




BUREAU DU PREMIER MINISTRE
JEAN CHAREST
7 avril 2004


Nominations du Conseil des ministres

Hydro-Québec

[...] et Michel Plessis-Bélair sont nommés membres du conseil d’administration de cette société.

Texte complet > premier.gouv.qc.ca/actualites/communiques/2004/avril/...




TVA Nouvelles
MICHEL MORIN
9 février 2015


EXCLUSIF BUREAU D'ENQUÊTE
Nébuleuse démission au CA d'Hydro-Québec

Depuis son élection le gouvernement Couillard a nommé quatre administrateurs au Conseil d'administration d'Hydro-Québec, soit Laurent Ferreira, Yvon Marcoux, Éric Forest et Gilbert Charland. Quatre sièges sont toujours libres.

Texte complet > tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2015/02/20150209-173855.html




Autre V-P de Power Corporation qui exerce un contrôle sur Hydro-Québec : Marc Bibeau, grand argentier du PLQ et ami personnel de Jean Charest.




LE DEVOIR
BRIAN MYLES - Avec la Presse canadienne
10 septembre 2014


Marc Bibeau aurait vanté son influence de «conseiller» du PM

Marc Bibeau se serait vanté d’être « en position pour influencer » l’octroi des contrats d’Hydro-Québec auprès d’une importante firme de génie-conseil, peu avant l’élection de son ami Jean Charest, en 2002.

L’argentier bénévole du Parti libéral du Québec (PLQ) aurait sollicité personnellement Georges Dick, le président de RSW, une firme de génie-conseil qui bénéficiait d’importants contrats d’Hydro-Québec pour la confection de barrages.

Il lui aurait demandé des sommes variant entre 60 000 $ et 80 000 $ au bénéfice du PLQ. M. Dick a été à la fois « surpris et choqué » par les démarches de Marc Bibeau, administrateur de Schokbéton et argentier bénévole du PLQ. « Je ne m’attendais pas à une approche aussi directe », a expliqué M. Dick, mardi à la commission Charbonneau.

« J’étais surpris aussi qu’il dise qu’il était conseiller de M. Charest et qu’il parlait de trafic d’influence. Il suggérait qu’il pouvait diriger des contrats, en enlever, en redonner », a-t-il ajouté.

Texte complet > ledevoir.com/politique/marc-bibeau-aurait-vante-son-influence-de-conseiller-du-pm




Marc Bibeau, sous enquête de l'UPAC, mais toujours apprécié chez Power Corporation ! (clan Desmarais)




LA PRESSE
KATHLEEN LÉVESQUE et DAPHNÉ CAMERON
15 janvier 2015


CEIC: Marc Bibeau a parlé à huis clos

Rappelons que Marc Bibeau fait actuellement l'objet d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) relativement au financement du PLQ [...] Dans des documents judiciaires utilisés par la police pour obtenir un mandat de perquisition chez Schokbéton, propriété de la famille Bibeau, Marc Bibeau est désigné comme « le grand argentier du PLQ» et «un stratège »...

[...] Marc Bibeau préside l'entreprise de gestion des Centres d'achat Beauward. Il siège également au conseil d'administration de la Corporation financière Power.

Le vice-président et chef du contentieux de Power Corporation du Canada et de la Corporation financière Power, Stéphane Lemay, nous a référé à un communiqué de presse émis l'an passé par M. Bibeau. Ce dernier affirmait qu'il n'a jamais promis une faveur à qui que ce soit en retour d'une contribution politique.

« Nous apprécions par ailleurs la contribution de M. Bibeau au sein du conseil d'administration de la Corporation financière Power », a dit M. Lemay.

Texte complet > lapresse.ca/actualites/dossiers/commission-charbonneau/.../ceic-marc-bibeau-a-parle-a-huis-clos.php





Autres nominations des amis du régime Libéral




LA PRESSE - Affaires
DENIS LESSARD ET HÉLÈNE BARIL
7 avril 2005


Vandal arrive, Bourbeau est éjecté

En confirmant la nomination de Thierry Vandal à la direction d'Hydro-Québec, le gouvernement Charest a exigé du coup, hier, la démission d'André Bourbeau comme président du conseil d'administration de la société d'État. Il avait été nommé à ce poste il y a 18 mois seulement.Visiblement secoué, l'ancien ministre des Finances du Québec a lui-même confirmé que [...] le gouvernement voulait clairement nommer Vandal, et il fallait trouver une place à André Caillé ", a commenté M.Bourbeau.

Texte complet > collections.banq.qc.ca:8008/lapresse/src/pages/2005/04/07/D/82812_20050407LPD01.pdf





Conflit d'intérêts ?




JOURNAL DE MONTRÉAL
JEAN-MAURICE DUDDIN
26 juin 2006


Apparence de conflit d'intérêts chez Hydro
Un haut dirigeant sur la sellette

Le président du conseil d'administration d'Hydro-Québec se retrouve sur la sellette parce qu'il est administrateur de l'un des plus importants fournisseurs d'Hydro.

M. Turcotte,68 ans, a été nommé président du c.a. d'Hydro en novembre dernier pour succéder à l'ancien ministre libéral des Finances André Bourbeau.

Le Journal de Montréal a découvert que M. Turcotte est aussi membre du conseil d'administration de Guillevin International, un important fournisseur d'Hydro-Québec . Guillevin est un fournisseur de matériel électrique qui a reçu plus de 1,2 M$ en contrats d'Hydro l'an dernier

Texte complet > fr.canoe.ca/cgi-bin/imprimer.cgi?id=240047

Autre conflit d'intérêts > fr.canoe.ca/cgi-bin/imprimer.cgi?id=240262





Les nominations partisanes continuent...




LE DEVOIR
ROBERT DUTRISAC
7 avril 2006


Politique de gouvernance des sociétés d'État - Les nominations partisanes continueront
Les administrateurs devront toutefois avoir le profil de l'emploi

Le gouvernement Charest continuera à procéder à des nominations politiques au sein des conseils d'administration des sociétés d'État mais les candidats devront désormais correspondre à des «profils» afin de s'assurer qu'ils possèdent un minimum de compétences.

Des amis du régime pourront donc être nommés à ces conseils [...].

«Depuis la Révolution tranquille, c'est la première fois qu'une mise à jour aussi importante et globale est effectuée aux règles de gouvernance des sociétés d'État», ... L'énoncé de politique débouchera sur un projet de loi qui s'appliquera à six sociétés d'État à caractère financier et commercial, soit Hydro Québec...

D'une façon générale, les nouvelles règles de régie visent à renforcer les conseils des sociétés mais, en même temps, le gouvernement exercera un meilleur contrôle sur les sociétés. [...] Aussi, le gouvernement se réserve le pouvoir de donner des directives à toutes les sociétés d'État afin d'influer sur leurs orientations et leurs pratiques si besoin est

Texte complet > ledevoir.com/politique/quebec/../les-nominations-partisanes-continueront




LE SOLEIL - Affaires
PIERRE COUTURE
18 octobre 2007


Remue-ménage chez Hydro
Cinq nouveaux membres font leur entrée au conseil d'administration

C'est le temps des nominations chez Hydro-Québec. Après avoir prolongé le contrat du pdg Thierry Vandal pour cinq ans, le gouvernement Charest vient de nommer cinq nouveaux membres à son conseil d'administration. La société d'État compte maintenant 17 membres actifs au sein de son c.a. Parmi les nouveaux visages, le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, fait son entrée à la table de la plus importante société d'État québécoise. Le politicien municipal n'arrive pas seul. La pdg de TV5, Suzanne Gouin, le président du Groupe T.E.Q, Emmanuel Triassi, la pdg de Nokia Canada, Nathalie Le Prohon, et le président de Technologies Axion, Carl Cassista, obtiennent également un fauteuil dans ce grand jeu de chaises. À l'instar du pdg d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, qui a déjà agi à titre de président de la commission politique sous Robert Bourassa, les nouveaux venus ne sont d'ailleurs pas étrangers à la famille libérale. Un coup d'oeil rapide au registre du Directeur général des élections (DGE) sur les donateurs aux partis politiques montre que certains de ces nouveaux administrateurs de la société d'État et leurs proches ont été de fidèles donateurs au Parti libéral du Québec (PLQ) ces dernières années.

Texte complet > www.cergo.enap.ca/CERGO/docs/hydro-quebec-gouvernance-nominations.pdf
(Allez au bas de la page 33 du document PDF)




LA PRESSE
ANDRÉ NOËL et FABRICE DE PIERREBOURG
20 octobre 2010


Une place de choix pour des donateurs du PLQ

les trois quarts des personnes nommées au conseil d'administration de grandes sociétés d'État depuis sept ans ont contribué à la caisse du PLQ, démontre une enquête de La Presse.

Le croisement des renseignements tirés des sites internet du premier ministre Jean Charest et du Directeur général des élections a donné des résultats surprenants. Dans un cas, jusqu'à 85% des personnes nommées à un CA ont déjà contribué à la caisse du PLQ.

Hydro-Québec: jusqu'à 18 des 21 personnes nommées au conseil d'administration par le gouvernement Charest ont cotisé à la caisse du PLQ depuis 2000, soit 85%.

Jacques Bourgault, professeur à l'UQAM et spécialiste reconnu en matière de système de haute fonction publique et de dirigeants des sociétés d'État [...] ensuite, ces «bonnes» personnes ne font pas obstacle aux décisions, aux projets et aux politiques du gouvernement. Elles peuvent aussi faciliter le choix des «bons sous-traitants» et l'embauche de «bons employés».

Denis Saint-Martin juge très sévèrement le système des nominations politiques au Québec (...) «On se croirait au XVIIIe siècle, dans une monarchie absolue, à un âge prédémocratique.» Selon lui, Jean Charest a raté une belle occasion, avec l'affaire Marc Bellemare, de «réformer le processus de nomination aux emplois supérieurs de l'État».

Texte complet > lapresse.ca/actualites/politique/.../201010/une-place-de-choix-pour-des-donateurs-du-plq.php




LA PRESSE
Sylvain Larocque
13 décembre 2011


Les paramètres de crédit d'Hydro se dégradent, selon DBRS

Le poids de la dette dans la structure de capital d'Hydro est ainsi passé de 59,6% en 2008 à 65,8% en 2009 et à 66,8% en 2011.

Texte complet > affaires.lapresse.ca/economie/../credit-dhydro-se-degradent-selon-dbrs.php




De Charest à Couillard, le contrôle libéral sur Hydro-Québec se poursuit.
(Note : M. Penner a versé près de 6000$ aux libéraux de 2003 à 2011.)




MONTREAL GAZETTE
PAUL DELEAN
9 octobre 2014


Couillard supporter Penner is new Hydro-Québec chairman
[La nomination récente de Michael D. Penner à la présidence du c.a. d'Hydro-Québec]

Sans qualification apparente autre que d'être un partisan libéral qui a appuyé Philippe Couillard à la chefferie du Parti Libéral du Québec, selon The Gazette du 10 octobre 2014 : " [...] a Liberal supporter who backed Permier Philippe Couillard for the party leadership, has been named a director and chairman of the board of Hydro-Québec[...]". À moins que son passage à New-York comme avocat spécialiste des fusions et acquisitions à une autre époque y soit pour quelque chose : [...] in New York, he worked as a mergers and acquisitions lawyer in New York prior to returning to Quebec [...]

Texte complet > montrealgazette.com/business/energy/couillard-supporter-penner-is-new-hydro-quebec-chairman




Note : Yvon Marcoux, ex-ministre libéral ; Éric Forest , pressenti pour être candidat pour le PLQ en 2014 ; Laurent Ferreira, gros donateur au PLQ.





Retour en haut de page - Poursuivre à la page suivante